Histoires de criminalité liée aux espèces sauvages

La criminalité liée aux espèces sauvages et à la forêt peut être mieux comprise dans sa complexité et ses effets désastreux à travers des histoires et des études de cas.

Nous aimerions partager quelques-unes de ces histoires avec vous, pour vous permettre de vous faire une idée plus claire de ce que nous essayons d’arrêter et pourquoi votre soutien nous est tellement crucial.

Nous espérons que ces histoires mettront en relief l’importance du rôle du citoyen lambda et des fonctionnaires qui dénoncent ces crimes anonymement et nous aident, nous ou les organismes d’application de la loi, à les empêcher à chaque fois que possible.

Rhino - South Africa - Elephant Action LeagueLES RHINOCÉROS

Les rhinocéros étaient autrefois nombreux dans toute l’Afrique et l’Asie, avec une population mondiale d’environ 500 000 au début du XXe siècle. Toutefois, malgré les efforts entrepris pour conserver l’espèce, le braconnage augmente de façon spectaculaire, amenant les rhinocéros restants toujours plus près de l’extinction. La population mondiale est tombée à 70 000 en 1970 et à 29 000 seulement dans la nature en 2013 (dont environ 25 000 en Afrique et le reste en Asie).

En Afrique du sud, où vivent 83 % des rhinocéros d’Afrique et 73 % de tous les rhinocéros sauvages dans le monde, les braconniers en 2015 ont tué 1,175 rhinocéros pour leurs cornes. Valorisée pour son statut ainsi que pour son intérêt médicinal supposé, la corne de rhinocéros en poudre est vendue en Asie, surtout au Vietnam et en Chine en tant que remède universel à des prix pouvant atteindre 60.000$ par kilo. Le braconnage des rhinocéros est en explosion sur tout le continent africain, bien que les pertes soient difficiles à évaluer car les états où vivent les rhinocéros ne publient pas régulièrement de statistiques sur le braconnage. Le braconnage constitue une menace sérieuse même pour les populations plus réduites de rhinocéros en Asie (Inde, Sumatra, Java).

Crédit photo: Elephant Action League (EAL)

 

 

by Elephant Action LeagueÉLÉPHANTS

Les éléphants comptent parmi les animaux sauvages les plus exploités de l’histoire humaine et probablement aucun autre « produit » de la nature n’a autant que lui fait le bonheur ou le malheur d’un continent entier que l’ivoire. L’ivoire était recherché par les Indiens, les Romains, les Arabes, les Perses, les Chinois, et plus tard par par les Portugais, les Espagnols, les Hollandais et l’Empire britannique. L’ivoire a facilité et financé l’esclavage aux XVIIIe et XIXe siècles et constituait une grosse incitation financière pour l’exploitation coloniale de l’Afrique, de la Somalie aux pays du centre et de l’ouest de l’Afrique.

Quelques chiffres suffisant à illustrer la tragédie des éléphants en Afrique: 

  • 27 millions d’éléphants au début du XIXe siècle
  • 5 millions au début du XXe siècle
  • 1,3 millions d’éléphants en 1981
  • 600 000 en 1990 (l’interdiction internationale du commerce d’ivoire est mise en place)
  • environ 400 000 maintenant (avec 35 à 40 000 éléphants tués chaque année

C’est la demande en ivoire à elle seule qui constitue la principale raison à cet holocauste des éléphants, demande des pays occidentaux d’abord et maintenant des pays asiatiques, principalement pour la Chine. Passé inaperçu et inconnu du grand public, l’holocauste de l’éléphant africain continue, malgré l’interdiction mondiale du commerce de l’ivoire.    Crédit photo: Elephant Action League (EAL)

 

Lions in Ruaha, Tanzania - small cropLES LIONS

Le lion est la dernière espace massacrée au nom de l’insatiable et illégal commerce d’espèces sauvages pour le marché médicinal asiatique. Les tigres en Asie étant de plus en plus rares et la demande continuant d’augmenter, les braconniers chassent maintenant un autre grand félin pour ses os et sa peau, le lion. Au cours des 50 dernières années, le nombre de lions sauvages en Afrique est passé de 200 000 à moins de 20.000 aujourd’hui.

En Chine, les os de lions sont trempés dans du vin de riz, au Vietnam et au Laos ils sont transformés en pâte avec des herbes et utilisés pour traiter divers maux.

En Afrique du sud en particulier, pays qui fournit une grande quantité d’os de lions au Laos, au Vietnam et à la Chine, le commerce implique des éleveurs de lions et des chasseurs (venus essentiellement des États-Unis). Les os de lion se vendent environ 165 $ le kilo en Afrique du sud et entre 300 et 500 $ en Asie. Un squelette de lion entier peut donc valoir plus de 10 000 $. En Afrique du sud en 2012, plus de 600 lions ont été tués par des chasseurs de trophées, mais selon de nombreuses sources, le marché légal ne compte que pour la moitié du business, l’autre moitié venant du braconnage. Et malgré le déclin du lion bien documenté, certains pays africains continuent de soutenir massivement la chasse au trophée légale, ce qui facilite le blanchiment de l’argent issu du braconnage des lions et stimule la demande en os en Asie.

Crédit photo: Elephant Action League (EAL)

 

CHINA L08 - Beijing trader tiger teeth copy

LES TIGRES

Il y a cent ans, la population mondiale de tigres était d’environ 100 000. Aujourd’hui, il n’en reste plus que 3 200 environ. Nous avons perdu 97 % de la population mondiale de tigres en un siècle seulement.

Les tigres vivent dans 13 pays limitrophes : Inde, Chine, Cambodge, Thaïlande, Malaisie, Vietnam, Indonésie, Népal, Bhoutan, Myanmar, Laos, Bangladesh et Russie. L’Inde en compte le plus grand nombre, soit environ 1 700 tigres, la moitié de la population mondiale de tigres. Dans beaucoup de ces pays, le braconnage et la déforestation conduisent les tigres vers une extinction rapide.

En 1978, Sumatra en Indonésie comptait plus de 1 000 tigres. Leur nombre est tombé à environ 400 et les braconniers tuent au moins 40 tigres de Sumatra par an. Dans au moins un parc national en Indonésie, les pièges laissés par les braconniers ont augmenté de plus de 50 % au cours de l’an passé. 

Il ne reste plus que 450 tigres Amur (de Sibérie) environ dans la nature, et la plupart vivent en Russie extrême-orientale. Le braconnage a contribué à les faire passer en situation d’espèce en grand danger d’extinction et est motivé par la demande en os et autres parties du corps de tigres pour être utilisés dans la « médecine » chinoise. L’exploitation illégale des forêts constitue elle aussi une menace importante pour les tigres Amur. Entre 2012 et 2013, les autorités russes ont déposé 7 plaintes au pénal contre des braconniers et des vendeurs et ont confisqué les squelettes et parties du corps d’au moins 19 tigres.

Crédit photo: Elephant Action League (EAL)

 

 

Illegal Looging - EALL’EXPLOITATION ILLÉGALE DES FORÊTS

Les conséquences de l’exploitation illégale des forêts sont très variables tant au niveau de leur ampleur que de la nature de l’activité illégale.

Une étude menée par Chatham House (Lawson & MacFaul 2010) a conclu que les coupes illégales représentaient 35 à 72 % de l’exploitation en Amazonie brésilienne, 22 à 35 % au Cameroun, 59 à 65 % au Ghana, 40 à 61 % en Indonésie et 14 à 25 % en Malaisie. En extrapolant à partir de ces chiffres, il a été estimé que plus de 100 millions de mètres cubes de bois sont coupés illégalement chaque année. 

Certains rapports ont estimé que pas moins de 17 milliards de dollars du commerce venaient de la région pacifique de l’Asie orientale à elle seule, tandis que dans le Mozambique, les revenus de l’état accusent un manque à gagner de plus de 20 millions de dollars en 2012 à cause de taxes non payées sur les exportations vers la Chine (EIA 2013).

L’exploitation illégale des forêts crée des conflits sociaux avec les populations indigènes et locales et conduit à la violence, la criminalité, la corruption, l’exploitation humaine et la violation des droits de l’homme. On estime qu’environ 1,6 milliards de personnes dans le monde dépendent des forêts pour gagner leur vie et 60 millions de personnes dépendent des forêts pour leur subsistance.

Mais les problèmes ne concernent pas seulement l’Afrique, l’Asie ou l’Amérique du sud. Selon des estimations de diverses sources, les entreprises américaines et les travailleurs américains perdraient environ 1 milliard de dollars chaque année à cause du bois illégal qui entre sur les marchés américains. Crédit photo: Elephant Action League (EAL)

 

BRACONNAGE DE GRANDS PRÉDATEURS EN FINLANDE

Même si la chasse patentée est autorisée en Finlande, des dizaines de grands prédateurs sont tués illégalement chaque année. Dans le cas des loups en particulier, le braconnage cause encore plus de victimes que la chasse légale. Dans la région où sont élevés les rennes, l’abattage illégal des loups est généralement le fait des éleveurs et un peu plus au sud, des chasseurs. Il est extrêmement rare que les auteurs de braconnage de grands prédateurs n’appartiennent pas à l’un ou l’autre de ces groupes.

Les raisons les plus fréquemment invoquées pour l’abattage des grands prédateurs sont les dommages qu’ils causent aux rennes et aux chiens ; dans le cas des ours, la valeur monétaire de la proie ; la compétition pour les mêmes proies (l’élan européen et le renne), la recherche de sensations fortes, la défiance envers l’État et l’Union européenne, ainsi que la peur. L’abattage illégal des loups par exemple est considéré acceptable en de nombreux endroits, parce qu’ils sont perçus comme une menace pour la sécurité des humains, les enfants en particulier. 

Les loups. Selon les estimations, 20 à 30 loups seraient victimes de braconnage chaque année en Finlande. La population des loups est passée d’environ 250 à moins de 150 lors de l’hiver 2006–2007, en grande partie du fait du braconnage. Le braconnage des loups est possible parce que certains chasseurs le considèrent acceptable et une partie de chasse peut comprendre une douzaine de membres ou plus.

Le braconnage des loups a lieu principalement en hiver, lorsque les traces qu’ils laissent dans la neige permettent de les trouver et de les cerner. Autrefois, les loups étaient braconnés en conjonction avec la chasse patentée, ce qui permettait d’éradiquer une meute entière, soit 4 à 7 individus, même si les permis accordés n’autorisaient de n’en tuer que 1 ou 2. De nombreux chasseurs disaient : « Le dernier permis n’est jamais utilisé ». Il existe une véritable haine des loups en Finlande, tout est donc fait pour les éliminer par tous moyens nécessaires. C’est ainsi que des appâts empoisonnés ou contenant de la mousse plastique et des hameçons sont posés sur le terrain, provoquant une lente agonie des loups lorsqu’ils sont avalés.

Les ours. Dans la région où sont élevés les rennes, les ours sont braconnés au printemps quand ils sortent de leur hibernation. La plupart des braconniers appréhendés sont des propriétaires de rennes. Au sud de la région d’élevage des rennes, le braconnage des ours est lié à la chasse légale. La chasse peut impliquer l’utilisation de charogne illégale, ou bien l’ours est attiré illégalement là où le veulent les chasseurs.

Les ours sont également attrapés à l’aide de cages et de pièges illégaux. Il arrive également qu’ils soient abattus dans leur tanière hivernale une fois passée la saison de la chasse. Toutefois, le braconnage des ours est plus difficile, car les chasseurs se surveillent entre eux, l’ours étant un prédateur convoité et précieux. Plusieurs dizaines d’ours sont victimes de braconnage chaque année, ce qui peut expliquer pourquoi le nombre de femelles a augmenté aussi lentement à l’ouest et au centre du pays.

You are donating to : Greennature Foundation

How much would you like to donate?
$10 $20 $30
Would you like to make regular donations? I would like to make donation(s)
How many times would you like this to recur? (including this payment) *
Name *
Last Name *
Email *
Phone
Address
Additional Note
paypalstripe
Loading...

Fight Back with Us

WildLeaks is a not-for-profit collaborative project created, funded and managed by the Elephant Action League (EAL).

The Mission of WildLeaks is to receive and evaluate anonymous information and tips regarding wildlife crime, including corruption, and transform them into concrete actions.

Please visit the Elephant Action League for more information on our activities: www.elephantleague.org